En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Politique de confidentialité.

Le symbolisme astrologique

et

les réalités de la vie

MOUVEMENT APPARENT

ET

MÉCANIQUE CÉLESTE

De notre point de vue sur Terre, nous voyons le Soleil tourner autour de la Terre, la Lune aussi grosse que le Soleil, les planètes qui reculent périodiquement.

La mécanique céleste montre une autre réalité.

Le symbolisme de l'astrologie occidentale est basé sur ce que nous voyons à partir de notre position sur Terre en général, et dans notre vie en particulier. Il nous parle de toutes les réalités de notre vie... apparentes et mécaniques.

 

ASTROLOGIE OCCIDENTALE

ET

ZODIAQUE TROPICAL

L'astrologie occidentale, dont il est question ici, est basée sur le zodiaque tropical, créé en fonction des équinoxes et des solstices, il y a environ 2500 ans, en Mésopotamie.

C'est le zodiaque des signes, à ne pas confondre avec le zodiaque des constellations.

La vieille polémique « vous n'êtes pas né sous le signe que vous croyez » n'en est pas une, puisqu'il est question de savoir quel zodiaque est utilisé. Les astrologues occidentaux utilisent majoritairement le zodiaque des signes.

L'ÉMULATION et la DISCORDE

Éris, sœur du dieu Arès (Mars), l’accompagnait dans ses combats. Zeus (Jupiter) l’envoyait réveiller l’ardeur au combat des chefs grecs. Éris symbolise l’émulation qui nous pousse à faire aussi bien, voire mieux, que les autres. Éris nous pousse à nous dépasser.

Au natal, Éris symbolise les affres de l’émulation car, pour faire mieux, il est souvent nécessaire de comparer et donc de juger en fonction de l’idée que nous avons du « mieux ». Nous ressentons de l’agressivité et Éris devient « la Discorde », celle qui donne naissance à la peine, l’oubli, la faim, les meurtres, le combat, l’anarchie, le désastre, les douleurs, les querelles et les mots menteurs (ce sont les enfants de la déesse). Plutôt que de faire mieux, nous nous concentrons sur les défauts des autres qui ne font pas aussi bien que ça ! C’est la solution de facilité.

Seulement voilà, Éris ne nous parle pas des autres, elle nous parle de soi : que pouvons-nous faire de mieux ? Jusqu’où pouvons-nous aller ?

Éris transite le signe du Bélier pendant près de 125 ans (avec les aller-retour au début et en fin de signe), depuis 1925 et jusqu’en 2048. Ça signifie que, actuellement, quasiment tout le monde a Éris en Bélier. Dans ce signe, un transit d’Éris s’étale sur une dizaine d’années.

En transit, Éris nous oblige à nous dépasser en nous menant sur des chemins inexplorés, en remettant en question nos concepts, nos principes, nos préjugés. Sur ce chemin, notre seul guide est notre vérité (Jupiter), c’est-à-dire ce par quoi nous ouvrons notre esprit à ce que nous ne connaissons pas. En reconnaissant notre vérité qui se manifeste sous des formes jusque-là inconnues, nous pouvons aller de l’avant (Mars), agrandir notre espace et avoir une meilleure vue d’ensemble (Jupiter).


GLYPHE ASTROLOGIQUE

14eris.png



J'ai créé ce glyphe parce que, à ma connaissance, il n'en existe pas d'officiel.

C'est une flèche qui nous propulse encore plus loin, dans le même esprit que le Sagittaire.
 




MYTHOLOGIE

Dans la mythologie grecque, Éris est la déesse de la Discorde.

Eris_Antikensammlung_Berlin_F1775.jpgSelon Hésiode, elle est fille de Nyx (la Nuit) et donne naissance seule, comme sa mère, à de nombreux enfants, tous méchants et malfaisants : Ponos (la Peine), Léthé (l'Oubli), Limos (la Faim), Phonoi et Makhai (les Meurtres et les Combats), Dysnomia et Até (l'Anarchie et le Désastre), Algea (les Douleurs), Hysminai (les Mêlées), Androktasiai (les Tueries), Nikea (les Querelles), Amphilogiai (les Disputes), Pseudoi Logoi (les Mots Menteurs) et Horkos (le Serment), qui veille sans cesse sur les serments qu’il sanctionne, comme il punit sans pitié le parjure volontaire. Dans l’Iliade elle est la sœur d'Arès, dieu de la guerre ; elle l'accompagne dans ses combats et tient en main l'emblème de la guerre. Homère la décrit ainsi (IV, 440-443) :

    « (...) la Discorde infatigable,
    Tout à la fois compagne et sœur de l'homicide Arès,
    Qui d'abord se dresse timidement, mais qui bientôt
    Touche du front le ciel et de ses pieds foule la terre. »

Elle peut sans doute être assimilée à Ényo, citée au chant V.

Cependant Éris représente aussi l'aspect positif de l'émulation : au chant XI de l'Iliade, Zeus l'envoie réveiller l'ardeur au combat des chefs grecs (XI, 3-14) ; c'est elle aussi qu'Héraclès choisit lorsqu'il rencontre deux femmes au début de ses exploits selon Hésiode.

Furieuse de ne pas avoir été invitée aux noces de Thétis et Pélée, elle y jette une pomme d'or portant l'inscription « pour la plus belle ». Cette « pomme de discorde » se révélera fatale, puisque c'est elle qui provoquera indirectement la guerre de Troie (pour plus d'information, voir Jugement de Pâris et Discordianisme pour une interprétation différente de ce mythe).

Éris et Arès seront à la tête des Lapithes lors de leur guerre contre les centaures.

Son nom a donné naissance au terme « éristique », l'art de la controverse.


Date de création : 11/06/2017 15:05
Page lue 601 fois

(depuis 30 jours)
Articles
Réactions Articles
Lettre d'information

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter la politique de confidentialité.

J'accepte :
Recopier le code :
 ↑