En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Politique de confidentialité.

L'enfant intérieur

La lunaison Poissons débute le 6 mars 2019 avec la Nouvelle Lune à 15°47 Poissons, conjointe à Neptune, maître de cette lunaison. Le tout est au carré, assez large, de Cérès et Jupiter Sagittaire (qui ne sont pas conjoints).

Ce matin, j’ai rencontré la petite Sabine. Recroquevillée sur elle-même, elle pleurait. Elle avait peur d’être jugée, de ne pas faire ce qu’il fallait, de se sentir rejetée, encore, à cause de sa maladresse dans certaines situations.

Alors, bien sûr, je suis allée voir le ciel du jour et, surtout, le thème de la Nouvelle Lune qui se met en place. Tout est là : la tristesse et la confusion (conjonction de Neptune à la Nouvelle Lune et Mercure Poissons rétrograde), le sentiment de panique (trigone Vénus – Makémaké), la prise de conscience du manque d’estime de soi (carré Vénus-Uranus), la peur d’être jugé (Nouvelle Lune au carré de Jupiter), l’isolement et le besoin de se sentir accueilli dans tout ce qu’on est, même nos faiblesses (Nœud Sud conjoint à Saturne et Pluton en Capricorne et Nœud Nord Cancer).

Le signe des Poissons, c’est tout le cinéma qu’on se fait. Nourrie par la peur, notre imagination est très active quand il est question de créer des scénarios catastrophe. Et, quand il s’agit de nos faiblesses, nous avons tendance à penser que ce sont les autres qui vont nous accabler.

Peut-être bien qu’ils le font, et alors nous pouvons être tentés de réagir en critiquant leurs propres faiblesses. C’est facile de trouver des poux dans la tête des autres, mais, est-ce que ça nous rend meilleur, plus grand, plus fort, plus digne d’intérêt?

En fait, le plus grand juge qu’on aura jamais, celui qui nous infligera toujours les plus lourdes sentences, c’est soi-même. Le manque d’estime de soi génère une grande insécurité et nous confronte à nos plus grandes peurs. Soumis à la peur, nous réagissons en faisant n’importe quoi, de manière impulsive et désordonnée, incohérente. Et, bien sûr, plus tard, nous culpabilisons… et le cycle recommence, renforçant le stress et le mal-être.

Neptune est ce voile opaque qui nous empêche de voir clairement, générant les illusions. Mais c’est aussi ce même voile qui se lève et fait apparaître une réalité très différente de celle qu’on imaginait.

Cette lunaison est l’occasion de voir nos mécanismes internes, comment nous fonctionnons, ce qui nous fait réagir par peur de déplaire, parce qu’une partie de soi n’a pas pu se développer dans l’amour et la confiance. C’est cette petite fille, ce petit garçon, qui est dans un coin et qui a grand besoin, maintenant, d’être reconnu et accueilli en notre sein.

Ce qui est fait, est fait. On ne peut pas revenir dessus. Par contre, on peut décider que ça s’arrête là, ici et maintenant. Et pour unifier toutes les parties de soi, accueillons avec la même bienveillance nos forces et nos faiblesses. Utilisons cette énergie Poissons, porteuse de compassion et de pardon. Cicatrisons nos blessures.

Et pour commencer, pourquoi ne pas prendre notre enfant intérieur par la main, avec tendresse, pour l’emmener en pleine lumière, afin qu’il puisse poursuivre son évolution ?

Sabine smiley
3 mars 2019


Date de création : 03/03/2019 15:46
Page lue 1081 fois

L'astrologie occidentale

L'air du temps

Vous êtes ici :   Accueil » L'enfant intérieur
 

 184749 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Quoi de neuf ?

(depuis 30 jours)
Réactions Articles
 

Lettre d'information


Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter la politique de confidentialité.

J'accepte :
Recopier le code :