En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Politique de confidentialité.
L'air du temps

Vénus a débuté son mouvement rétrograde le 5 octobre 2018 et elle reprend son mouvement direct le 16 novembre.

Depuis le 5 octobre, nous voyons Vénus reculer, c’est son mouvement apparent, ce n’est pas une illusion, c’est ce que nous voyons réellement, du fait de notre position sur Terre. C’est une réalité.

L’autre réalité, c’est la mécanique céleste qui est en œuvre : Vénus accélère sur son orbite et double la Terre. Du coup, « nous ne la voyons plus du même œil ».

Vénus symbolise tout ce qui nous « attache » à la vie, tout ce qui nous nourrit, que ce soit au niveau physique, matériel, spirituel ou sentimental. Vénus, c’est tout ce qui fait que nous nous sentons satisfaits et qui nous donne envie de continuer à vivre, à aimer, à investir notre temps, notre énergie, notre savoir-faire, nos talents, nos ressources, dans une relation, dans notre travail ou dans un projet.

À l’inverse, Vénus symbolise tout ce qui nous dégoûte, littéralement. Tout ce qui nous écœure, tout ce qui fait que nous nous sentons rejetés, mal-aimés, tous les investissements que nous faisons et qui ne nous rapportent rien, voire qui nous coûtent cher (par exemple, quand nous nous épuisons à notre travail et que nous finissons par tomber malade ou quand nous investissons dans une relation toxique).

Et puis Vénus devient rétrograde et nous commençons à regarder notre vie d’un autre œil. C’est l’occasion de faire un état des lieux, ou plutôt, un état de comptes. Bien sûr, il peut être question d’argent ou de biens matériels, mais mon propos est davantage orienté vers notre ressenti, nos besoins, nos choix relationnels et professionnels, ce que nous investissons dans notre vie, ce que nous donnons de soi et qui, de notre point de vue, devrait nous apporter un sentiment de bien-être, de satisfaction.

Avant de faire cet examen, il est primordial de rayer la pensée : « oui mais il y en a qui ont moins que moi, je me plains le ventre plein. » Il y aura toujours quelqu’un qui sera dans une situation pire que la sienne, est-ce que ça veut dire qu’il faut niveler vers le bas? Se contenter de peu, se contenter de survivre? Quel est l’intérêt?

Et c’est là la vraie question : quel est l’intérêt de vivre ainsi? Nous agissons toujours pour en retirer un bénéfice. Que ce soit pour se faire plaisir, pour obtenir une promotion, pour avoir la satisfaction d’accomplir quelque chose, et aussi, dans certaines situations, parce qu’on évalue que c’est le meilleur moyen de rester en vie, même si la récolte n’est que douleur.

L’instinct de survie (symbolisé par Mars) peut être puissant mais il ne nous permet pas toujours de régler les problèmes, ni d’améliorer notre condition. Pour cela, il est nécessaire de se tourner vers ce qui est important pour soi, nos valeurs et nos sentiments (Vénus). C’est Vénus qui oriente l’action de Mars. Plus Vénus sait ce qui compte pour elle, plus l’action de Mars est forte et ciblée. Autrement dit, si nous savons évaluer nos besoins, nos goûts, nos sentiments, si nous avons une bonne estime de soi, nous saurons investir judicieusement notre énergie, notre temps, notre savoir-faire, nos ressources, dans une relation ou un projet.

La passion de vivre

En Scorpion, Vénus rétrograde travaille plus particulièrement notre passion de vivre. Pour retrouver ce qui nous allume, ce qui nous fait vibrer, il est nécessaire de reconsidérer notre motivation. Pourquoi choisissons-nous d’investir dans tel projet, tel emploi, telle relation? Pourquoi acceptons-nous parfois de payer le prix fort pour l’obtenir? Est-ce la dévalorisation de soi? Ou la peur? Ou une croyance solidement ancrée qui dit qu’il faut toujours payer le prix fort pour ce qui nous tient à cœur? Est-ce vraiment gratifiant?

Parfois, nous pensons avoir besoin de quelque chose, ou d’être avec quelqu’un, mais si on s’arrête pour y penser vraiment, pour écouter notre ressenti au plus profond de notre être, il arrive qu’on découvre que, finalement, ce n’est pas vraiment ce dont nous avons besoin.

Dans l’énoncé de notre besoin, nous formulons la solution qui nous semble possible pour le combler, plutôt que le besoin en tant que tel. Par exemple, si je dis : « je veux cet emploi parce que ça me permettra d’avoir un meilleur salaire », alors, qu’en fait, ce n’est pas du tout cet emploi que je veux. Ce que je veux, c’est être plus à l’aise financièrement. Donc, en me focalisant sur cet emploi, j’ignore, voire je renonce à toutes les autres possibilités qui me permettraient d’améliorer ma condition matérielle. Sans compter que l’emploi en question peut être source de désagréments.

C’est rassurant d’avoir la solution à un problème mais il semble préférable de s’assurer que cette solution répond véritablement à notre besoin.

Le respect de soi

Sa rétrogradation ramène Vénus en Balance (le 31 octobre). Pour retrouver notre équilibre intérieur, ce qui nous permettra de trouver la paix, il peut être utile d’utiliser les deux bonnes vieilles colonnes (pour et contre) afin de réévaluer tous les choix que nous avons fait et qui nous posent problèmes.

Apprendre à respecter ses besoins, c’est aussi ce qui est à travailler, car, si nous sommes incapables de respecter nos propres besoins, comment pouvons-nous prétendre respecter les besoins d’autrui?

Sabine smiley


Date de création : 14/10/2018 17:16
Page lue 470 fois


Réactions à cet article

Réaction n°2 

par Clemence le 03/11/2018 04:10

Je viens de relire avec plus d'attention l' article qui accompagnent  le principal sur Vénus rétrograde et qui est intéressant, cette rétrogradation comme souvent j'en ressens les effets à la fin et après un certain temps. Je suis lente à assimiler ! Surtout cette année besoins et désirs c'est compliqué.

Mais dans l'article sur le système solaire, fort utile, je suis étonnée de ne pas voir  Kiron,  si important pour moi....et pour d'autres!

Est-ce un oubli ou est-ce volontaire?

bien cordialement,  Clémence.

-------------------------------

Bonjour Clémence, votre remarque est pertinente pour Chiron (ou Kiron). Je ne l'avais pas placé par peur de surcharger le schéma mais je l'ai fait maintenant.

Comme les Centaures naviguent entre Jupiter et Neptune, ils sont dans la partie "individuation des forces naturelles" et participent donc à ce processus.

En ce qui me concerne, Chiron est toujours "sous observation" et j'ai encore de la difficulté à intégrer son symbolisme, probablement parce que je n'ai pas encore vraiment intégré la vue d'ensemble.

Ma tentative de représentation va dans le sens d'acquérir une représentation globale qui va mieux permettre de définir le rôle de chaque planète, planète naine, astéroïde et autre objet céleste.

Sabine


Réaction n°1 

par Marie le 15/10/2018 08:29

Merci Sabine pour cet article qui me parle beaucoup actuellement...!!! Courage !